© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Résidence de Jannis Kounellis au Domaine de Chaumont-sur-Loire

Communiqué de presse

Janis Kounellis a répondu à une commande artistique exceptionnelle pour le château de Chaumont-sur-Loire passée par la Région Centre, qui évoluera et restera en place pendant trois ans. Cette commande très importante investit, sur près de 600 mètres carrés, neuf salles du château, jusqu'ici fermées à la visite, et sur trois niveaux différents:

dans les anciennes cuisines voûtées en sous-sol

dans un ancien appartement au premier étage de l'aile sud

dans la Tour d'Amboise

A la demande de l'artiste, aucun de ces espaces n'a été restauré. Il les a souhaité en l'état. Labyrinthe de poutres soutenant les vieux murs, forêt de cloches, pierres encordées, couteaux suspendus dans le vide créent un univers étrange et fascinant. 137 cloches en bronze ont été suspendues à 137 poutres en peuplier, dressées du sol au plafond. Dissimulées sous les draps noirs ou empilées les unes sur les autres, ces cloches, qui ne sonnent pas, ont le pouvoir, pourtant de réveiller le château. 

Jannis Kounellis propose à Chaumont-sur-Loire une oeuvre monumentale, d'une grande puissance d'évocation. Révélé dans les années 1970, il a bâti une oeuvre immense qui, associant l'espace et le temps, l'installation, le récit et les archétypes d'une mémoire et d'un projet mythologiques, associe peinture et sculpture, architecture et musique, théâtre, danse et opéra. Il fait partie des quelques rares artistes européens qui, dans les années 1960, ont radicalement modifié l'art et sa perception, et qui continuent d'inventer aujourd'hui une oeuvre majeure.

A l'origine, Jannis Kounellis est peintre, issu d'une tradition picturale (Caravage, Munch, De Chirico, les cubistes...) bien plus que sculpturale. C'est en 1967 qu'il commence à produire des sculptures, des installations, des décors d'opéra et des performances théâtrales, qui relèvent volontairement du fragmentaire et de l'éphémère. Il recourt actuellement à des matériaux bruts, d'origine industrielle ou organique (charbon, feu, laine, pierre, bois, café...) pour composer des installations monumentales. Il se considère néanmoins toujours comme un peintre, dont le travail prend naissance dans l'espace du tableau.

"Ce n'est pas des matières que je pars, c'est de l'espace. Depuis que nous sommes sortis du tableau, c'est l'espace lui-même qui est le cadre, qui est la matière. [...] A partir du moment où nous sommes sortis du tableau, tout est devenu tableau. C'est pour cela que je me considère comme un peintre."

Les installations de Jannis Kounellis se nourrissent toujours de leur contexte spatial, architectural, historique, et des tensions qui animent le lieu dans lequel elles se trouvent.

Souvent nourries de sacré et de mystère, ses oeuvres mettent en scène des forces opposées telles la durée et l'éphémère, le mou et le dur, le vivant et le mort, l'industriel et l'organique, et donnent à voir son interprétation du rapport entre nature et culture. Créant un langage plastique et poétique qui allie l'hermétisme au sensible, Jannis Kounellis cherche à traduire la dialectique entre "structure" et "sensibilité".








 







Exposition de 2008 à 2011. Domaine de Chaumont-sur-Loire.

Archives expositions personnelles France

  Résidence de Jannis Kounellis
  Domaine de Chaumont-sur-Loire
  2008-2011

Archives expositions personnelles (K-L)