Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (K-L)

  Olga Kisseleva, Mondes sensibles
  Cda Centre des arts, Enghien-les-Bains

  17.09 - 14.12.2014

Communiqué de presse

Une œuvre entre nature et ultra-modernité du monde

Ancrée dans la relation art-science, Olga Kisseleva est une des pionnières de l’art numérique. A travers ses actions, l’artiste russe interroge les nouveaux langages de l’art. Elle met en relation dans son oeuvre, la nature et l’ultra modernité du monde.









































.
















 







Olga Kisseleva, Mondes sensibles, Cda  Enghien-les-Bains

Exposition du 17 septembre au 14 dééembre 2014. Cda centre des arts, 12-16 rue de la Libération - 95880 Enghien-les-Bains. Tél.: +33 (0)1 30 10 85 59. Ouverture du mardi au vendredi de 11h à 19h, le samedi de 14h à 19h, le dimanche de 14h à 18h.

Travaillant souvent en collaboration avec des chercheurs, scientifiques et informaticiens, elle élabore des projets multimédia polymorphes, aux technologies abouties.


Pour l’ouverture de la saison du Cda, Olga Kisseleva imagine une série d’investigations autour de la notion de risques, reconnus comme tels dans le monde actuel. Biopresence met ainsi en oeuvre les questions du développement durable et de la biodiversité. Time Value renvoie à la condition de l’homme dans la société actuelle sous un angle sociologique et économique.

It’s Time interroge la notion de démocratie à travers une proposition utopique et la conception d’un « temps biologique » personnel.

Tweet Time poursuit la réflexion sur le temps en mettant en avant un espace-temps fictif, obtenu par le recyclage du temps virtuel passé sur les réseaux sociaux.

Power Struggle rappelle l’absurdité de la guerre et du conflit, par une métaphore de la lutte pour le pouvoir. Et enfin, Infini interroge le rôle de l’art et de ses institutions dans le monde contemporain.


© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Olga Kisseleva, It’s Time © Olga Kisseleva, It’s Time

© Olga Kisseleva, It’s Time